COMMENT DISTINGUER LES DOULEURS MUSCULAIRES ?

Parmi les douleurs survenant après un effort de longue durée, on peut en distinguer trois types dont les symptômes sont caractéristiques et pour lesquels des recommandations simples peuvent s'appliquer.

Les crampes

Elles se produisent lors de l'effort physique et se caractérisent par une contraction involontaire et brutale du muscle, provoquant une douleur violente. Elles ne persistent que quelques minutes et leur durée est d'autant plus brève que l'on arrête l'exercice et que l'on relâche le muscle. Face à une crampe, il convient d'étirer le muscle et de le maintenir en extension (par exemple, pour une crampe au mollet en étirant le muscle par une flexion forcée du pied). Cet étirement oblige le muscle à solliciter ses ressources intrinsèques de relâche­ ment et à mettre en oeuvre les mécanismes réflexes dont il dispose pour prévenir toute déchirure des fibres musculaires.

Les contractures

Elles se manifestent par une contraction intense et douloureuse du muscle qui réagit et se défend en se contractant. La douleur est souvent moins intense que celle provoquée par une crampe, mais elle ne cesse pas au repos. Elle est très localisée et gêne progressivement le sportif durant l'effort. Au toucher, le muscle devient dur, douloureux.

L'arrêt temporaire de l'activité physique, des bains chauds et massages localisés vont augmenter la circulation sanguine et permettre aux fibres musculaires de retrouver leurs qualités.

Les courbatures

Elles apparaissent entre 24 et 48 heures après l'effort physique et disparaissent en trois ou quatre jours. La douleur diffuse se ressent au repos mais s'intensifie si l'on exerce une pression sur le muscle, si on le contracte ou on l'étire. Elles se déclarent très souvent lorsque l'on réalise un effort phy­ sique auquel on n'est pas habitué ou insuffisamment préparé. Comme pour les contractures, l'augmentation de la circulation sanguine (bains chauds, massages légers) sera nécessaire ; la reprise progressive de l'activité est pos­ sible.

C'est probablement de courbatures dont souffre l'élève qui ressent des douleurs le lendemain d'un effort long et régulier comme la randonnée cyclotouriste.

DES CONNAISSANCES SCIENTIFIQUES

La contraction musculaire

L'activité musculaire résulte d'une succession de contractions et relâ­chements. Ces deux actions nécessitent :

- un apport d'énergie important (principalement à partir du glucose),

- de l'oxygène pour extraire cette énergie,

- le maintien de l'équilibre élec­ trolytique, malgré la production d'acide lactique résultant de la dégradation du glucose, qui rend le milieu fortement acide. Lorsqu'on produit un mouvement (fléchir un bras, une jambe). l'action motrice est une combinaison d'actions antagonistes des muscles qui ont, tour à tour, des rôles différents (extenseurs / fléchisseurs).

L'origine des courbatures

Elles résultent de trois causes possibles :
- l'accumulation de déchets intra­musculaires, en particulier les lactates, produits par la répétition des contractions musculaires ;

- la déplétion du muscle correspondant à une « vidange » com plète du glycogène des fibres musculaires qui ont travaillé. La réserve d'énergie indispensable à la contraction musculaire a été vidée et il faut progressivement la reconstituer ;

- des lésions intramusculaires caractérisées par la présence de microhématomes, signe que le muscle a été très sollicité et qu'il a souffert.

DES CONTENUS D'APPRENTISSAGE

Des prolongements interdisciplinaires

Le questionnement des élèves suggère des pistes de travail correspondant aux programmes de l'école primaire.

Biologie

Découvrir le fonctionnement du système musculaire humain au travers des principes mécaniques (cf. schéma ci-dessous), énergétiques et par la compréhension du rôle du système nerveux et des organes sensoriels.


Technologie

Étudier la transmission et la trans­ formation des mouvements dans le cadre d'une approche technologique de la bicyclette pour comprendre la nature de l'effort musculaire à produire selon l'effet recherché.

Maîtrise du langage

Consolider, par des activités en vocabulaire, l'acquisition et l'utilisation d'un lexique adapté et précis, notamment dans le cadre d'énoncés scientifiques.

En éducation physique et sportive

Quelle que soit l'activité physique pratiquée (athlétisme, natation, cyclisme, ski de fond, etc.) dès lors que l'effort musculaire s'inscrit dans la durée et l'intensité, il est nécessaire de programmer son enseignement de manière à augmenter progressivement les quantités et les durées de travail. La mise en place de contrats personnalisés visant à se rapprocher du niveau terminal attendu constitue le meilleur dispositif pédagogique. L'échauffement préalable et les étirements musculaires à l'issue de l'activité physique diminuent fortement les traumatismes. Le choix d'un projet correspondant aux capacités et ressources physiques, ainsi qu'aux habiletés motrices des élèves motivera les apprentissages : par exemple, prévoir une randonnée cyclotouriste sur plusieurs jours, nécessitera que tous les élèves puissent réaliser des distances journalières pouvant aller jusqu'à 40 km pour les élèves de CM2 bien entraînés. Le module d'apprentissage doit progressivement se rapprocher de la quantité d'effort qui seront alors à produire.

Les phases du pédalage:



Martine Besson,
IEN-stagiaire. (74)
Philippe Vanroose, CPC-EPS, Deville­les-Rouen, Duclair, Le Trait (76).

Extrait du n°115 de la revue EPS1 de nov/déc 2003

Article publié avec l'autorisation de l'auteur.

 

Avant l'effort

Pour se préparer à la pratique d'une activité physique, il faut :

- avoir une alimentation adaptée, équilibrée et apprendre ce que chaque type d'aliments (glucides, lipides, protides) apporte à l'organisme ;

- boire de l'eau avant, pendant et après l'effort ;

- préparer ses muscles à l'activité par un échauffement adapté ;

- bien se connaître pour adapter son effort à ses possibilités et sans être influencé par un camarade.

Pendant l'effort

Il convient de faciliter l'activité musculaire, notamment par l'utilisation d'un matériel adapté, en bon état et bien réglé. Il est indispensable de vérifier la qualité du gonflage des roues, les hauteurs de la selle et du guidon, le système de propulsion et de transmission (pédalier, chaîne, dérailleur, pignons, etc.).

Maintenir la régularité de l'effort est une règle d'or qu'il faut absolument respecter : ce sera notamment un des rôles confiés aux intervenants sollicités par les enseignants pour participer à l'encadrement de cette activité. Il est indispensable de ménager des temps de repos et de récupération au cours desquels il sera possible aussi de s'alimenter et de boire. L'hydratation régulière, durant l'effort, constitue un excellent moyen de prévention des traumatismes musculaires.