Des ateliers sur les cinq sens :
des idées parmi tant d’autres
Cycle II

1. Rappel des programmes :

- Distinguer les capacités spécifiques à chaque sens.
- Identifier le rôle des organes du corps humain, en particulier des organes des sens.
- Identifier les saveurs et les odeurs, y compris dans l’alimentation.

Ces ateliers proposés sont un point de départ. On attachera de l’importance à l’utilisation du cahier d’expériences par les élèves qui devront y noter leurs remarques et aux moments d’expression collective. Il est essentiel que chaque élève utilise ses sens sans se faire influencer par les autres. On laissera également la possibilité aux élèves de proposer eux-mêmes des ateliers.

2. Un objectif : acquérir du vocabulaire :

L’un des objectifs majeurs d’activités sur les sens est l’acquisition du vocabulaire permettant d’exprimer ce que l’on ressent. L’enseignant élaborera donc ses séquences en fonction du vocabulaire qu’il aura choisi tout en restant ouvert aux apports éventuels des élèves.

Un exemple : le vocabulaire du goût et des sensations buccales :

On voit déjà là une première difficulté puisque, lorsqu’on aborde le goût, on évoque l’aspect (brillant, granuleux…), l’odeur (brûlé, moisi, amande, fruits…), la texture (sirupeux, gélatineux, fibreux…) et la flaveur (les sensations olfacto-gustatives).

De même, l’enseignant ne pourra faire l’impasse sur l’utilisation des multiples expressions utilisant le vocabulaire des sens ou des organes des sens ; depuis " je ne l’ai pas senti arriver " jusqu’à " cette histoire n’est pas de bon goût " en passant par " mon œil ! ".

 

3. Mise en place d’ateliers d’ expérimentation faisant appel à chacun des 5 sens :

- La vue :
. Observer " l’infiniment petit " :
Atelier 1
 : avec un compte-fils, on peut observer une image imprimée dans une revue ou par une imprimante d’ordinateur afin de s’apercevoir que la couleur est " exprimée " par une multitude de petits points qui se " mélangent " dans l’œil.
Atelier 2
 : avec une loupe, on peut observer sa peau, un insecte capturé momentanément dans une boîte transparente (araignée, fourmi…)
Atelier 3
 : avec un microscope, on peut observer un pou, un cheveu, des cristaux de sel, une feuille d’arbre.
. Observer " l’infiniment loin " :
Atelier 4
 : avec des jumelles ou mieux, un télescope, on peut observer une maison ou un arbre à l’horizon.
. Observer l’inattendu :
Atelier 5
 : avec un livre du CDI, on peut travailler sur les illusions d’optique.
Atelier 6
 : avec un bac rempli d’eau, on peut observer la " cassure " d’une règle.

- L’ouïe :
. Ecouter le monde qui nous entoure :
Atelier 1
 : fermer les yeux et écouter les bruits dans et hors de l’école, les reconnaître, les nommer. Demander si on entend une tondeuse, un camion, un oiseau…
Atelier 2
 : utiliser des enregistrements d’ambiance. Y retrouver des sons connus. Les nommer. De nombreuses productions commerciales sont disponibles à ce sujet.
Atelier 3 
: utiliser un " loto des sons ". On y associe le " bruit " d’un objet et son image.
Atelier 4
 : utiliser des chants d’oiseaux (matériel commercial facilement disponible) 3 par 3 puis faire réentendre un des 3 chants. Demander lequel a-t-on à nouveau entendu ?
Atelier 5
 : utiliser une flûte. Dessiner au tableau quelques schémas portant sur 3 notes (ex si-la-sol, sol-si-la, la-si-sol). Les expliciter et les faire entendre aux élèves. Puis jouer les notes. Les élèves devront reconnaître quel schéma représente les notes jouées.

 

- Le toucher :
La difficulté sera d’isoler le toucher de la vue. On utilisera donc des objets ou des matières cachés dans des sacs.
. Toucher des " matières " :
Atelier 1
 : Dans un ou plusieurs sacs, mettre du papier de verre, de la corde, des tissus, du bois lisse, rugueux, de l’emballage-bulles…
. Toucher des objets :
Atelier 2
 : Dans un ou plusieurs sacs, mettre des objets connus ou non par les élèves : des jouets, une petit cuiller, un stylo, une gomme, une peluche…
Atelier 3
 : Retrouver par le toucher dans deux sacs deux objets semblables.

- Le goût :
Le problème est que les enfants relient très fréquemment le goût et la vue (couleur de l’aliment). Il faut donc les amener à goûter un aliment caché ou de couleur neutre. L’utilisation d’eau ou de yaourt nature non sucré permet de créer des ateliers intéressants. Attention, entre chaque test, il conviendra de se rincer la bouche à l’eau pure.
Atelier 1
 : Dans des pots masqués, on fera reconnaître du jus d’orange, du lait, de l’eau, du jus de citron…
Atelier 2
 : Dans des gobelets, on fera reconnaître de l’eau sucrée, salée, amère et acide (citron).
Atelier 3
 : Trois verres d’eau peu sucrée, sucrée et très sucrée devront être différenciés.
Atelier 4
 : Des yaourts sans colorants mais avec divers parfums seront colorés par des colorants alimentaires " trompeurs "… de la banane rose, de la fraise jaune…
Atelier 5
 : On fera reconnaître de la farine, du sucre glace, de la maïzena…
Atelier 6
 : On fera reconnaître trois gâteaux, sucré, salé, ni sucré ni salé.
Atelier 7
 : On fera goûter de l’eau sucré puis de l’eau acide (citron) puis on mélangera les deux verres et on comparera.
Atelier 8
 : On fera goûter des eaux de marques différentes pour faire remarquer que l’eau peut avoir aussi un goût.

- L’odorat :
Là encore, il faudra isoler le sens de l’odorat en mettant les " objets " à sentir dans des boîtes opaques munies seulement d’une fente.
Atelier 1 
: Faire reconnaître des odeurs de vinaigre, fromage, fraise Tagada, banane, eau de lavande, café moulu, épices.
Atelier 2
 : même travail mais en donnant les noms cette fois-ci.
Atelier 3
 : Faire reconnaître où se trouvent deux odeurs semblables parmi un choix.
Atelier 4
 : Utiliser un jeu de type " loto des odeurs ".
Atelier 5
 : Utiliser les boîtes d’ " odeurs des vins " qui présentent des odeurs souvent inhabituelles (fumée, vieux bois…)

L’imagination est au pouvoir pour ces exercices qui devront déboucher sur une expression écrite et orale abondante. Le but final étant de faire discerner par les élèves par quels organes nous appréhendons le monde qui nous entoure en montrant que nos sensations sont souvent liées entre elles et qu’en partie, elles font appel à nos souvenirs.